Un gin mûri dans les Grottes de Han

Pascal De Borggrave a voulu créer un gin moins amer, plus fruité (C.R.)

Depuis mai 2018, des bouteilles de gin mûrissent paisiblement dans les Grottes de Han : « Fleur de Han » est un nouveau venu dans le monde des gins et affiche fièrement sa différence, avec son goût floral et fruité.

Fleur De Han

Pascal De Borggrave, originaire d’Ingelmunster en région flamande, avait 10 ans quand un voyage scolaire lui a fait découvrir pour la première fois les Grottes de Han. Le petit garçon se prend de passion pour l’histoire des grottes, leur géologie, les stalactites et les stalagmites, et revient plusieurs fois à Han-sur-Lesse, accompagné de sa famille. Le petit garçon a grandi mais sa passion des Grottes de Han est restée et aujourd’hui, il a réussi à la combiner avec une autre de ses passions : le gin. Son gin « Fleur de Han » mûrit durant quatre semaines dans ces Grottes, en un lieu gardé bien secret pour ne pas tenter les touristes…

Ce néerlandophone dynamique travaillait dans le domaine des assurances, comme conseiller en investissements, quand il a décidé il y a deux ans de vendre son portefeuille d’assurances pour créer un nouveau gin. « Il y a beaucoup de sortes de gins dans le monde mais j’ai voulu créer un gin que tout le monde aime. Quand on n’aime pas le gin, c’est à cause de son dernier goût amer. Je voulais un goût floral, fruité, qui met tout le monde d’accord. J’ai longuement cherché, beaucoup testé. Finalement j’ai sélectionné 13 plantes et épices de Belgique, d’Ardennes et d’ailleurs avec un maître distillateur de Courtrai dont je tairai le nom. Mon gin est fabriqué dans sa distillerie artisanale, selon une recette qui reste évidemment secrète. Ces plantes sont rarement utilisées pour le gin », explique Pascal De Borggrave.

« Après l’ajout des plantes à l’alcool de grain, je place mes bouteilles de gin durant un mois dans les Grottes de Han pour assurer la symbiose des plantes dans une température constante de 12 degrés.  J’amène 350 bouteilles toutes les quatre semaines dans un lieu sécurisé, en-dehors du circuit touristique. La température des grottes est idéale, leur calme aussi, c’est un endroit pur nature. La température constante et le calme des grottes font que la symbiose des plantes se fait dans les meilleures conditions. La qualité du gin augmente grâce à son passage dans les grottes », assure l’entrepreneur passionné. « C’est un produit très pur. La force des plantes fait que l’on ne goûte presque pas l’alcool (il affiche pourtant 41 degrés !). Ici les plantes dominent l’alcool. Dans les restaurants, ce gin est fort apprécié. Il est meilleur pour la santé que tous les autres alcools. »

Pascal De Borggrave a sorti ses premières bouteilles de gin des Grottes de Han le 8 mai 2018, après un mois de maturation. On peut le trouver dans l’Horeca de la province de Luxembourg, dans les restaurants, les hôtels, les meilleurs brasseries, chez certains cavistes et négoces en vins, au Domaine des Grottes de Han, mais pas en grande surface. La bouteille « Fleur de Han » est particulièrement jolie : l’arrière de l’étiquette reproduit à l’intérieur de la bouteille une belle photo des grottes. L’année de maturation dans les grottes sera toujours indiquée, à commencer par l’année 2018. « Fleur de Han » se veut un produit exclusif et haut de gamme. L’avenir nous dira s’il trouvera sa clientèle et résistera à tous les nouveaux gins qui inondent le marché…

Ch. Rasir