L’avenue de la Toison d’Or aux allures de Champs-Elysées

La Région bruxelloise a déposé le permis d’urbanisme pour le réaménagement de l’avenue de la Toison d’Or et du boulevard de Waterloo. Objectif : en faire les «Champs-Elysées» bruxellois. 

Au fil des siècles, la Petite ceinture de Bruxelles a connu diverses transformations : rempart de fortification au Moyen Âge pour protéger la ville, grand boulevard de promenade bourgeoise au 19e siècle pour accueillir et structurer les extensions urbaines extra-muros, symbole du modernisme automobile au 20e siècle pour faciliter les déplacements urbains.

Aujourd’hui, l’axe Toison d’Or – Waterloo, artère prestigieuse située dans le haut de la ville et principal pôle de commerce de luxe en Belgique, est en passe de se transformer en « Champs-Elysées » bruxellois. Une véritable chrysalide pour cette zone urbaine composée de fonctions mixtes : logements, commerces, bureaux, culture, espaces verts. Un espace multifonctionnel au potentiel exceptionnel aux yeux de la Région bruxelloise.

«Symbole du luxe et du prestige dans la capitale, l’avenue de la Toison d’Or et le boulevard de Waterloo ressemblent aujourd’hui davantage à une vulgaire autoroute à voitures et à un vaste parking à ciel ouvert plutôt qu’à un espace de promenade propice au commerce de luxe, à la flânerie et à la détente. Le projet dessiné par les bureaux Bruno Fortier, Polo et Arcadis vise ainsi à redonner tout son lustre à cet espace commercial stratégique et emblématique de la Petite ceinture », souligne Pascal Smet, ministre bruxellois sortant en charge de la Mobilité et des Travaux publics.

« Il n’y a rien de mieux qu’un espace public qualitatif pour renforcer l’attractivité commerciale et attirer les chalands dans la zone. Arborés et végétalisés, mis en lumière, largement « piétonnisés » et dotés de larges pistes cyclables bidirectionnelles, l’avenue de la Toison d’Or et le boulevard de Waterloo vont redevenir de véritables promenades urbaines, un nouvel espace de convergence qui reconnecte le haut et le bas de la ville, digne des Champs-Elysées à Paris ou du Passeig de Gràcia à Barcelone. »

 Coûts : 10 millions d’euros

Le projet vise à créer une large promenade métropolitaine s’étendant de façade à façade et dégageant une identité forte en termes d’espace public, là où, encore aujourd’hui, plus de 85 % de l’espace sont réservés à la voiture. Au programme notamment : création d’une large esplanade côté rond-point Louise versant Toison d’Or où un grand kiosque exploité à des fins récréatives et de restauration haut de gamme sera installé, plantation de 38 nouveaux arbres, aménagements de larges bancs dotés de jardinières et d’arbustes, mise en valeur des entrées du parc d’Egmont et mise en lumière scénographique de l’éclairage public afin de renforcer le sentiment de sécurité une fois la nuit tombée.

En ce qui concerne la circulation automobile, l’ambition du projet vise à séparer le passage de transit et le trafic local ou de destination. « L’aménagement maintient intégralement la fonction d’axe de transit en proposant aux automobilistes dont ce tronçon n’est pas la destination d’emprunter les tunnels. Par ailleurs, en les incitant à se stationner dans les parkings souterrains, seuls la desserte locale et le trafic de destination sont maintenus en surface ».

Les prochains mois laisseront place à l’enquête publique. Une fois le permis obtenu, les travaux pourraient débuter au second semestre 2020. L’enveloppe budgétaire consacrée à ce projet est d’environ 10 millions d’euros.

T.V.