Embarquez dans le monde ferroviaire belge

Lancée en 2015, l’institution muséale dédiée aux chemins de fer Train World fait florès. Suivez le guide! Halte! Terminus. Tout le monde descend. «Gare de Schaerbeek», indique l’arrêt de tram, sis sur la place Princesse Elisabeth, notre destination. Entre parenthèses: Train World. Détail qui ne trompe pas et démontre bien l’ambition des instigateurs sur cette nouvelle institution muséale établie depuis 2015 aux portes de la Cité des Anes.

Comme son nom l’indique, l’établissement est dédié aux chemins de fer de notre royaume, pour rappel, pionnier du rail européen avec le train à vapeur mis en service dans la capitale, le 5 mai 1835. Quoi de plus magique que l’emblématique gare de Schaerbeek de style «Renaissance flamande» comme antre des mille et un trésors historiques de la SNCB.

Scénographié par l’illustre dessinateur schaerbeekois François Schuiten, le musée est un enchantement tant par ses collections spectaculaires que par ses atmosphères où l’étrange côtoie l’extraordinaire. Il faut d’ailleurs souligner le formidable travail effectué sur l’ambiance sonore.

Cela se lit sur les visages des visiteurs rencontrés sur place, entre étonnements et émerveillements. Les «Ouah» et autres «Ooh» se bousculent aux superlatifs dans la bouche des chérubins tandis que locomotives et wagons fonctionnent comme une madeleine de Proust auprès de nos aînés, jamais à court d’anecdotes envers leurs petits-enfants. «Tu sais, à mon époque…», entend-on au détour d’une conversation.

Par ailleurs, nos seniors sont les premiers à s’illustrer aux commandes d’une locomotive, sous les regards conciliants et circonspects d’élèves d’une école bruxelloise. En effet, deux simulateurs permettent à quiconque de conduire un train et de le faire entrer en gare de Schaerbeek en veillant à bien respecter la signalétique. Ecrivons-le sans ambages, d’aucuns ont vraiment raté leur vocation de cheminot!

Patrimoine ferroviaire belge

Train World offre au visiteur un aperçu des pièces les plus précieuses du patrimoine ferroviaire belge. Les chiffres affolent: 22 exemplaires de matériel roulant exposés, 1.250 objets, 64 projections et plus de 20 réalisations interactives.

Les visiteurs pourront notamment faire la connaissance de la mythique «Pays de Waes», la locomotive la plus ancienne qui ait été conservée sur le Vieux Continent. Pour la petite info, cette dernière fut mise en service en 1844 et se distingua lors de l’Exposition universelle de 1913 à Gand.

A ses côtés, la «Pacific» (machine à vapeur de type 10) de 1910 constitue un autre fleuron de la riche collection, tout comme l’ «Atlantic» (type 12), qui, avec sa forme aérodynamique, est sans aucun doute l’une des plus spectaculaires locomotives à vapeur. Les amateurs de faste ne manqueront pas d’être envoûtés par les deux voitures royales restaurées qui datent de 1901 et de 1939.

En outre, différentes thématiques sont abordées et richement documentées: la poste et la vélocité du courrier, les excursions et les trains-couchettes, la guerre et les wagons de déportation, le personnel et les métiers disparus, le luxe et l’Orient-Express, etc.

In fine, à travers le prisme du rail, c’est l’Histoire de notre royaume qui nous est conté en filigrane, depuis la révolution industrielle jusqu’à nos jours. Passé, présent et futur se fondent harmonieusement au sein de ce musée, lequel offre au grand public non seulement une vue spectaculaire sur la Belgique d’hier en tant que pionnière du rail sur le continent européen, mais aussi un récit passionnant du rôle actuel et à venir des chemins de fer.

L’odyssée offerte aux curieux est des plus fascinantes. On entre dans ce «monde du train» avec les yeux écarquillés sans voir les aiguilles de notre montre tourner. Ainsi, que l’on soit mordu de loco ou pas, on y reste facilement plus de deux heures ce qui justifie le prix, aux premiers abords, quelque peu prohibitif: 12€ (adultes) ou 9€ (- 18 et + 65 ans).

Infos ?

Du mardi au dimanche de 10 à 17h. Adresse:
Place Princesse Elisabeth 5, 1000 Bxl.
T. 02/224.74.98.
Web : www.trainworld.be

Thibaut VAN DER NOOT