Düsseldorf, capitale de la mode et de l’architecture

Pour un minitrip en Allemagne, chacun pense naturellement à Aix-la-Chapelle ou Cologne. Mais il y a une destination nettement plus insolite, à seulement 200 km de Bruxelles. Il faut environ deux heures pour la rallier en voiture.

Tout comme Cologne, son éternelle rivale, elle borde le Rhin. Avec un peu plus de 600.000 habitants, Düsseldorf est la capitale de la Rhénanie du Nord-Westphalie (ayant détrôné Cologne après la seconde guerre mondiale). Mais elle est aussi, et surtout, la capitale de la mode en Allemagne. N’est-elle pas surnommée ‘Petit Paris’ ! Et c’est vrai que la longue Königsallee (ou tout simplement la ‘Kö’) abrite une kyrielle de boutiques de luxe de haute renommée internationale. L’artère, dotée de châtaigniers et platanes, compte de nombreuses colonies de perruches à collier. Des volatiles qui ont aussi envahi plusieurs parcs. Particulièrement bruyants, ils contribuent à l’attraction de la cité. Tout comme les moutons qu’on peut voir paître au bord du Rhin. Symbole de la décompression en ville, ils veillent à ce que le gazon reste toujours court.

Little Tokyo

Dans le centre de Düsseldorf, il y a le quartier ‘Little Tokyo’. A quelques mètres de la ‘Kö’, il s’articule tout autour de la Immermanstraße et du métro Oststraße. On y dénombre près d’une cinquantaine de restaurants, bars, supermarchés, boutiques, librairies et coiffeurs japonais. Rien d’étonnant lorsqu’on sait que la ville compte 7.000 habitants d’origine nippone, soit la plus grande communauté japonaise en Europe. A Düsseldorf, il y a d’ailleurs un Japantag (Japan Day). Avec son feu d’artifice final, il s’agit d’un des plus gros événements de la ville.

Concours de roues

Toujours non loin, c’est le piétonnier de la Vieille Ville (Altstadt). Il compte de nombreuses boutiques de mode, ainsi que pléthore de restaurants se dédiant à différentes cuisines du monde et des bars distillant des musiques et boissons à thème. C’est dans ce quartier, dans la Marktstraße, que se trouve l’un des deux offices du tourisme de la ville (l’autre est devant la gare Centrale). Voisine au bâtiment, la sculpture d’un personnage faisant la roue (un Radschläger). Il s’agit du symbole de la ville. L’histoire raconte que les enfants, pour montrer leur joie de voir leur père revenir de la guerre, faisaient la roue. Cette tradition est restée. Aujourd’hui, chaque année, la ville de Düsseldorf organise un grand concours international de roue. Il se tient en juin. Des enfants, de 8 à 12 ans, venant de 15 pays, participent à une compétition où ils doivent se relayer pour parcourir chacun une distance de 15 à 20 m en réalisant cette figure.      

Le long du Rhin

Non loin du centre-ville historique, il y a le Medien Hafen (le Port des Médias). C’est le nouveau quartier ‘trendy’, branché, de Düsseldorf. Il abrite quelques chaînes de télévision (dont la WDR qui s’y est installée en premier), des agences de pubs, des start-up et bureaux d’architectes. Le quartier compte aussi de nombreuses boutiques insolites, restos sympas et hôtels de qualité (comme le Radisson Blu Media Harbor). Les lieux se trouvent à seulement une vingtaine de minutes à pied du centre historique. La route y menant s’avère particulièrement riche en curiosités et bâtiments aux nombreuses prouesses architecturales. Ainsi, les fameuses tours Gehry. Avec leurs murs inclinés qui se moquent des perspectives, des fenêtres imbriquées dans la maçonnerie, elles font le bonheur des passionnés d’architectures et de photographies. Elles sont l’œuvre de l’architecte Frank O’Gehry, créateur du spectaculaire Musée Guggenheim de Bilbao.

Tour panoramique

Toujours en marchant vers le centre-ville, la Rheinturm est le bâtiment le plus haut de la ville. Il s’agit d’une tour de télévision abritant aussi une plateforme d’observation et un restaurant panoramique tournant sur son axe. Mais que se rassurent les estomacs: il lui faut une heure pour effectuer un tour complet. Ensuite, la promenade en bordure du Rhin peut se poursuivre. Sur les quais, dès la belle saison, des échoppes et terrasses font comprendre qu’on est arrivé à la Vieille Ville.

Facile d’accès en voiture, en train et disposant même de son aéroport international (le 3e d’Allemagne en passagers, après Munich et Francfort), Düsseldorf est riche d’atouts qui ne laissent finalement qu’un seul regret : celui d’y avoir programmé un séjour trop court. Mais ce n’est souvent que pour mieux y revenir. Et au plus tôt, au mieux !

Julien SEMNINCKX